Skip to main content
Search

L’Impériale communique ses résultats financiers et d’exploitation du premier trimestre 2019

Friday, April 26, 2019

L’Impériale communique ses résultats financiers et d’exploitation du premier trimestre 2019

 

CALGARY, Alberta

Public Company Information:

TSX:
IMO
CALGARY, Alberta--(BUSINESS WIRE)--

Imperial Oil Limited (TSX:IMO):

  • Des bénéfices de 293 millions de dollars; des flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation de 1 milliard de dollars
  • Versement de 510 millions de dollars aux actionnaires sous la forme d’achats d’actions et de dividendes
  • Le dividende pour le deuxième trimestre a augmenté de 16 % pour atteindre 0,22 dollar par action
     
Premier trimestre
en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire   2019   2018  
Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis) 293 516 -223

Bénéfice (perte) net par action ordinaire
– compte tenu d’une dilution (en dollars)

0,38 0,62 -0,24
Dépenses en immobilisations et frais d’exploration 529 274 +255
 

Le bénéfice net estimé du premier trimestre de 2019 s’est établi à 293 millions de dollars, comparativement au bénéfice net de 516 millions de dollars pour la même période en 2018.

La production brute d’équivalent pétrole s’est élevée en moyenne à 388 000 barils par jour pour l’ensemble du secteur Amont de la compagnie, par rapport à 370 000 barils par jour pour le premier trimestre de 2018, grâce à la fiabilité accrue de Syncrude et au redémarrage de l’exploitation de Norman Wells. La production brute à Kearl se chiffre en moyenne à 180 000 barils par jour pendant le premier trimestre, conformément à l’engagement de la compagnie d'atteindre une production de 200 000 barils par jour pour l’ensemble de 2019. En outre, le projet de concasseur supplémentaire se déroule comme prévu et devrait être complété d’ici la fin de l’année, augmentant la production moyenne annuelle à 240 000 barils par jour en 2020.

Le débit moyen des raffineries était de 383 000 barils par jour, par rapport à 408 000 barils par jour au cours du premier trimestre de 2018. Les ventes de produits pétroliers étaient de 477 000 barils par jour en moyenne au cours de premier trimestre, essentiellement les mêmes que pour l’année précédente. Les résultats financiers dans le secteur Aval ont été affectés par l’affaiblissement des marges bénéficiaires de l’industrie et un taux d'utilisation plus faible des capacités de raffinage.

« Le rendement opérationnel du premier trimestre a été affecté par certains enjeux au début du trimestre, tant pour le secteur Aval que le secteur Amont, notamment en raison du froid extrême qui a sévi dans l’ensemble du pays. En outre, la limite de production imposée par le gouvernement de l’Alberta a considérablement affecté le rendent financier, alors que les réalisations améliorées du secteur Amont étaient plus qu’annulées par la baisse des marges bénéficiaires dans le secteur Aval », a déclaré Rich Kruger, président du conseil, président et chef de la direction.

« La limite imposée par l’Alberta continue d’affecter les chiffres du transport du pétrole brut par train. Après avoir augmenté le transport ferroviaire et atteint des niveaux record à la fin de 2018, la compagnie cessait le transport par train en février. Les activités de transport ferroviaire ont repris de façon modeste à la fin du trimestre et nous continuerons d’évaluer les mouvements futurs selon ce qui est économiquement justifié », a indiqué M. Kruger.

L’Impériale a déclaré un dividende de 0,22 dollar par action pour le deuxième trimestre, une augmentation de 0,03 dollar par action par rapport au premier trimestre, alors que la compagnie affiche un bilan et des flux de trésorerie solides. L’Impériale maintient son engagement à distribuer l'excédent de trésorerie aux actionnaires en versant un dividende fiable et croissant et en maintenant un programme de rachat d’actions.

La volatilité des prix du brut au cours des derniers mois et les répercussions sur les marges bénéficiaires dans les secteurs Aval et Amont, continuent de démontrer la valeur de l’équilibre et de l’intégration d’Impériale. La production du secteur Amont, la logistique médiane, le raffinage du secteur Amont et les ventes contribuent tous à fournir de la résilience à la compagnie dans diverses conditions du marché.

Faits saillants du premier trimestre

  • Le bénéfice net a été de 293 millions de dollars, ou 0,38 dollar par action sur une base diluée, comparativement à un bénéfice net de 516 millions de dollars, ou 0,62 dollar par action au premier trimestre de 2018.
  • Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation se sont élevés à 1 003 millions de dollars, comparativement à 985 millions de dollars au premier trimestre de 2018.
  • Les dépenses en immobilisations et frais d’exploration ont totalisé 529 millions de dollars, comparativement à 274 millions de dollars au premier trimestre de 2018. Au cours du trimestre, la compagnie a annoncé qu’elle ralentissait le rythme de développement du projet d’Aspen en raison de l'incertitude du marché liée à l'intervention du gouvernement albertain dans le marché du pétrole brut et aux autres défis liés à la compétitivité de l’industrie. Par conséquent, on s’attend à ce que les dépenses en immobilisations en 2019 se chiffrent entre 1,8 milliard et 1,9 milliard de dollars, par rapport aux lignes directrices antérieures qui se situaient entre 2,3 milliards et 2,4 milliards de dollars.
  • Les dividendes versés et le rachat d’actions ont totalisé 510 millions de dollars au premier trimestre de 2019, dont le rachat d’environ 10 millions d’actions à un coût de 361 millions de dollars.
  • La production s’est élevée en moyenne à 388 000 barils d’équivalents pétrole brut par jour, contre 370 000 barils par jour à la même période en 2018.
  • La production brute de bitume au site de Kearl s’est établie en moyenne à 180 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 127 000 barils), contre 182 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 129 000 barils) au cours du premier trimestre de 2018. Les résultats du premier trimestre ont été affectés par des périodes de froid extrême prolongées et leur incidence sur le rendement des pelles. L’Impériale maintient son objectif de production brute annuelle moyenne de 200 000 barils par jour à Kearl en 2019.
  • La production brute moyenne de bitume au site de Cold Lake s’est établie à 145 000 barils par jour, comparativement à 153 000 barils par jour pour la même période en 2018. Les températures extrêmement froides ont eu une incidence négative sur la production du premier trimestre.
  • La quote-part de la compagnie dans la production brute de Syncrude s’est élevée en moyenne à 78 000 barils par jour, une hausse par rapport à 65 000 barils par jour pour la même période en 2018. L’augmentation de la production est principalement attribuable à une plus grande fiabilité des actifs, augmentation qui a été en partie atténuée par la limite de production imposée par le gouvernement de l’Alberta.
  • Au cours du premier trimestre, les livraisons de pétrole brut par train étaient en moyenne 36 000 barils par jour, comparativement à 146 000 barils par jour au quatrième trimestre de 2018. Au cours du premier trimestre, la compagnie a réduit ses activités de 89 000 barils par jour en janvier, à pratiquement zéro en février, avant de reprendre un niveau limité de livraisons à la fin du mois de mars.
  • Le débit moyen des raffineries était de 383 000 barils par jour, par rapport à 408 000 barils par jour au cours du premier trimestre de 2018. L’utilisation des capacités de production était de 91 %, contre 96 % au premier trimestre de 2018. Plusieurs petits événements isolés affectant la fiabilité ont eu une incidence négative sur le rendement, réduisant le débit d’environ 20 000 barils par jour au cours du premier trimestre.
  • Les ventes de produits pétroliers étaient de 477 000 barils par jour, par rapport à 478 000 barils par jour lors du premier trimestre de 2018.
  • Le programme de camions lourds autonomes de Kearl a reçu l’approbation de l’organisme de santé et sécurité au travail de l'Alberta, autorisant Impériale à automatiser l’ensemble de son parc de camions. Les plans prévoient élargir le projet pilote à environ 20 camions d’ici 2020, avant de prendre une décision finale au sujet de l’automatisation complète. Le projet devait entraîner une amélioration considérable du rendement en matière de sécurité et de coûts d'exploitation.
  • L’Impériale investit dans le nouveau programme du SAIT pour la gestion des eaux, conformément à son engagement pour la protection de l'environnement. Grâce au don d’un million de dollars de la compagnie, l'Institut de technologie du sud de l'Alberta (SAIT) a mis sur pied un programme de deux ans menant à un diplôme, le premier en son genre au Canada. Les diplômés acquerront des compétences pour résoudre les problèmes liés à l'eau dans un large éventail d'industries.
  • L’Impériale a publié un rapport complet intitulé Energy and carbon summary. Le rapport expose les efforts déployés par la compagnie pour mettre en valeur les ressources énergétiques de façon responsable pour un avenir à carbone réduit. L’Impériale a réduit l’intensité des émissions de gaz à effet de serre dans les installations de sables bitumineux qu’elle exploite de 20 % entre 2013 et 2017, et elle travaille au développement de technologies visant à réduire l'intensité des émissions de gaz à effet de serre de l’exploitation futur des sables bitumineux in situ d’environ 25 % à 90 %.

Comparaison des premiers trimestres de 2019 et de 2018

Le bénéfice net de la compagnie au premier trimestre 2019 a été de 293 millions de dollars ou 0,38 dollar par action sur une base diluée, comparativement à 516 millions de dollars ou 0,62 dollar par action pour la même période en 2018.

Le bénéfice net du secteur Amont s’est élevé à 58 millions de dollars pour le premier trimestre, soit une hausse de 102 millions de dollars par rapport à la même période de 2018. L’amélioration des résultats reflète l’incidence de l’augmentation des prix obtenus pour le pétrole brut au Canada d’environ 160 millions de dollars et la hausse des volumes de Syncrude et Norman Wells d’environ 80 millions de dollars. Les résultats ont été affectés négativement par des dépenses d’exploitation plus élevées d’environ 120 millions de dollars et par les volumes de Cold Lake d’environ 50 millions de dollars moins élevés.

La valeur moyenne de West Texas Intermediate (WTI) s’est établie en moyenne à 54,90 dollars américains le baril au premier trimestre de 2019, une baisse par rapport à 62,89 dollars américains le baril au cours du même trimestre de 2018. Le cours moyen du Western Canada Select (WCS) s’est établi en moyenne à 42,44 dollars américains le baril, contre 38,67 dollars américains le baril pour les mêmes périodes. Le différentiel WTI et WCS s’est rétréci au cours du premier trimestre de 2019 pour s’établir en moyenne à environ 12 dollars américains le baril pour le trimestre, comparativement à environ 24 dollars américains le baril au cours de la même période en 2018.

Le dollar canadien valait en moyenne 0,75 dollar américain au premier trimestre 2019, soit une baisse de 0,04 dollar américain depuis le premier trimestre 2018.

Les réalisations moyennes de l’Impériale en dollars canadiens pour le bitume ont augmenté pendant le trimestre, soutenues par une augmentation du WCS et des coûts de diluant plus faibles. Le prix moyen obtenu pour le bitume s’est élevé à 48,85 dollars le baril pour le premier trimestre de 2019, comparativement à 35,61 dollars le baril au premier trimestre de 2018. Le prix moyen, en dollars canadiens, que la compagnie a obtenu pour le pétrole brut synthétique a généralement reculé par rapport au WTI, ajusté pour les changements du taux de change et des coûts du transport. Le prix moyen obtenu pour le pétrole brut synthétique s’est établi à 69,34 dollars le baril par rapport à 77,26 dollars le baril pour la même période en 2018.

La production brute de bitume à Cold Lake s’est établie en moyenne à 145 000 barils par jour au premier trimestre, contre 153 000 barils par jour pour la même période lors de l’exercice précédent. La baisse de production est principalement attribuable au calendrier de production associé à la gestion de la vapeur.

La production moyenne brute de bitume à Kearl s’est établie à 180 000 barils par jour au cours du premier trimestre (la part de l’Impériale se chiffrant à 127 000 barils), contre 182 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 129 000 barils) lors du premier trimestre de 2018.

La quote-part de la compagnie dans la production brute de Syncrude s’est élevée en moyenne à 78 000 barils par jour, une hausse par rapport à 65 000 barils par jour au premier trimestre 2018. L’augmentation de la production est principalement attribuable à la réduction des temps d’arrêt, partiellement annulée par les effets de la limite de production imposée par le gouvernement albertain.

Le bénéfice net du secteur Aval était de 257 millions de dollars au premier trimestre, contre 521 millions de dollars à la même période en 2018. Les résultats ont diminué principalement en raison de l’affaiblissement des marges d’environ 180 millions de dollars et de l'impact des activités de fiabilité des raffineries d'environ 60 millions de dollars.

Le débit moyen des raffineries était de 383 000 barils par jour, par rapport à 408 000 barils par jour au cours du premier trimestre de 2018. L’utilisation des capacités de production était de 91 %, contre 96 % au premier trimestre de 2018. La baisse du débit reflète une augmentation des activités liées à la fiabilité dans les installations de la compagnie.

Les ventes de produits pétroliers étaient de 477 000 barils par jour, par rapport à 478 000 barils par jour lors du premier trimestre de 2018.

Le bénéfice net du secteur des Produits chimiques s’est établi à 34 millions de dollars pour le premier trimestre, contre 73 millions de dollars pour le même trimestre en 2018, une baisse principalement attribuable à l’affaiblissement des marges.

Les dépenses des comptes non sectoriels et autres se sont élevées à 56 millions de dollars au cours du premier trimestre, comparativement à 34 millions de dollars pour la même période en 2018.

À compter du 1er janvier 2019, l’Impériale a adopté la norme du Financial Accounting Standards Board intitulée Leases (Topic 842) et ses versions successives. L’adoption de la nouvelle norme a eu pour effet d’augmenter les actifs et passifs dans le bilan consolidé de 298 millions de dollars et il n’y a pas eu d’ajustement à effet cumulatif des bénéfices.

Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation se sont élevés à 1 003 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à 985 millions de dollars pour la période correspondante de 2018, reflétant les effets du fonds de roulement plus élevé, partiellement compensés par des revenus plus faibles.

Les activités d’investissement ont donné lieu à des sorties nettes de 463 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à 365 millions de dollars au cours de la période correspondante de 2018.

Les liquidités affectées aux activités de financement s’élevaient à 517 millions de dollars au cours du premier trimestre, comparativement à 390 millions de dollars au cours du premier trimestre de 2018. Les dividendes payés au cours du premier trimestre de 2019 étaient de 149 millions de dollars. Les dividendes par action versés au premier trimestre se sont élevés à 0,19 dollar, une hausse par rapport à 0,16 dollar pour la période correspondante de 2018. Au cours du premier trimestre, la compagnie a racheté, dans le cadre de son programme de rachat, environ 10 millions d’actions pour 361 millions de dollars, ce qui comprend les actions rachetées à la société Exxon Mobil Corporation.

Le solde de trésorerie s’établissait à 1 011 millions de dollars au 31 mars 2019, comparativement à 1 425 millions de dollars à la fin du premier trimestre de 2018.

À l’heure actuelle, la compagnie envisage d’effectuer ses rachats d’actions de manière uniforme pendant la durée du programme. Les plans de rachat peuvent être modifiés à tout moment sans préavis.

Des données financières et d’exploitation clés suivent.

Énoncés prospectifs

Les énoncés contenus dans le présent communiqué qui sont liés à des situations ou des événements futurs, y compris les prévisions, les objectifs, les attentes, les estimations et les plans d’affaires, sont des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs peuvent être caractérisés par des termes comme croire, anticiper, proposer, planifier, objectif, viser, estimer, s’attendre à, futur, continuer, probable, pouvoir, devoir, sera et d’autres termes semblables faisant référence à des périodes futurs. Les déclarations relatives aux perspectives de production et à la croissance de Kearl, notamment le calendrier et les répercussions du projet de concasseur supplémentaire; l’effet des règlements limitant la production sur le transport par rail; l’engagement à l’égard des dividendes et du programme de rachat d’actions; la résilience à travers diverses conditions du marché grâce à l’intégration; la structure du capital prévu et les dépenses; le programme de camions autonomes, notamment le calendrier et les améliorations à la sécurité et les coûts d’opération; et la réduction de l'intensité des émissions de gaz à effet de serre grâce aux nouvelles technologies constituent des énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont fondés sur les attentes, estimations, projections et hypothèses actuelles de la compagnie au moment où les énoncés sont faits. Les résultats financiers et d’exploitation réels actuels, y compris les attentes et les hypothèses concernant la croissance de la demande et la source, l’approvisionnement et la combinaison d’énergétique; le prix des marchandises et les taux de change; les taux, la croissance et la composition de la production; les plans, les dates, les coûts, capacités et l’exécution des projets; la durée de production et la récupération des ressources; les économies de coûts; les ventes de produits; les lois et politiques gouvernementales applicables; les dépenses reliées aux immobilisations et à l’environnement pourraient varier considérablement selon un certain nombre de facteurs. Ces facteurs comprennent les variations de l’offre et de la demande de pétrole brut, de gaz naturel et de produits pétroliers et pétrochimiques ainsi que les répercussions sur les prix et les marges qui en découlent; le transport pour accéder aux marchés; les événements politiques ou réglementaires, y compris les modifications apportées aux lois ou aux politiques gouvernementales, aux taux de redevances applicables et aux lois fiscales; l’opposition des tiers aux activités et aux projets; les risques environnementaux inhérents aux activités d’exploration pétrolière et gazière et à la production et aux activités connexes; la réglementation environnementale, comprenant les changements climatiques, les règlements concernant les gaz à effet de serre et les changements à ces règlements; les taux de change; la disponibilité et la répartition du capital; la disponibilité et le rendement des tiers fournisseurs de services; les perturbations opérationnelles imprévues; l’efficacité de la gestion; la gestion de projet et les échéanciers; les réactions aux développements technologiques; les dangers et les risques opérationnels; les incidents de cybersécurité; la préparation aux catastrophes; la capacité de valoriser ou d’acquérir des réserves supplémentaires; et les autres facteurs dont il est question dans les facteurs de risque à la rubrique 1A et à la rubrique 7 du rapport de gestion sur la situation financière et les résultats d’exploitation de la Compagnie Pétrolière Impériale Limitée du plus récent rapport annuel sur formulaire 10-K.

Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, qui sont parfois similaires à ceux d’autres sociétés pétrolières et gazières, parfois exclusifs à l’Impériale. Les résultats réels de l’Impériale peuvent être sensiblement différents des résultats implicites ou explicites selon les énoncés prospectifs, et les lecteurs sont priés de ne pas s’y fier aveuglément. L’Impériale ne s’engage aucunement à publier une mise à jour de toute révision des énoncés prospectifs contenus aux présentes, sauf si la loi l’exige.

Dans ce communiqué, tous les montants en dollars sont exprimés en dollars canadiens, sauf indication contraire. Ce communiqué doit être lu en parallèle avec le formulaire 10-K le plus récent de l’Impériale. Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

Le terme « projet » tel qu’il est utilisé dans ce rapport peut renvoyer à toute une gamme d’activités différentes et n’a pas nécessairement le même sens que celui qu’on lui donne dans les rapports sur la transparence des paiements au gouvernement.

   

Annexe I

 
 
Trois mois
en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire   2019   2018

 

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)
Total des produits et des autres revenus 7 982 7 934
Total des dépenses   7 584     7 237
Bénéfice (perte) avant impôts 398 697
Impôts sur le bénéfice   105     181
Bénéfice (perte) net   293     516
 
Bénéfice (perte) net par action ordinaire (en dollars) 0,38 0,62
Bénéfice (perte) net par action ordinaire

– compte tenu d’une dilution (en dollars)

0,38 0,62
 
Autres données financières
Gain (perte) à la vente d’actifs, après impôts (4 ) 7
 
Total de l’actif au 31 mars 42 497 41 580
 
Total du passif au 31 mars 5 174 5 201
 
Capitaux propres au 31 mars 24 319 24 584
 
Capital utilisé au 31 mars 29 521 29 806
 
Dividendes déclarés sur les actions ordinaires
Total 147 132
Par action ordinaire (en dollars) 0,19 0,16
 
Millions d’actions ordinaires en circulation
Au 31 mars 772,6 824,0
Moyenne – compte tenu d’une dilution 779,8 831,5
 
 
   

Annexe II

 
 
Trois mois
en millions de dollars canadiens   2019   2018
 
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période 1 011 1 425
 
Bénéfice (perte) net 293 516
Ajustements relatifs aux éléments hors trésorerie :
Dépréciation et épuisement 390 377
  (Gain) perte à la vente d’actifs 5 (10)
Impôts sur les bénéfices reportés et autres (4) 185
Variations de l’actif et du passif d’exploitation :   319   (83)
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation   1 003   985
 
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement (463) (365)
Produits associés à la vente d’actifs 22 12
 
Flux de trésorerie liés aux activités de financement (517) (390)
 
 
   
Annexe III
 
 
Trois mois
en millions de dollars canadiens   2019   2018
 
Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)
Secteur Amont 58 (44 )
Secteur Aval 257 521
Produits chimiques 34 73
Comptes non sectoriels et autres   (56 )   (34 )
Bénéfice (perte) net   293     516  
 
Produits et autres revenus
Secteur Amont 3 188 2 647
Secteur Aval 5 932 5 991
Produits chimiques 323 377

Éliminations

  (1 461 )   (1 081 )
Produits et autres revenus   7 982     7 934  
 
Achats de pétrole brut et de produits
Secteur Amont 1 586 1 374
Secteur Aval 4 582 4 294
Produits chimiques 193 202
Éliminations   (1 466 )   (1 090 )
Achats de pétrole brut et de produits   4 895     4 780  
 
Dépenses de production et de fabrication
Secteur Amont 1 156 1 012
Secteur Aval 381 368
Produits chimiques 58 51
Éliminations   -     -  
Dépenses de production et de fabrication   1 595     1 431  
 
Dépenses en immobilisations et frais d’exploration

Secteur Amont

372 206
Secteur Aval 129 57
Produits chimiques 17 4
Comptes non sectoriels et autres   11     7  
Dépenses en immobilisations et frais d’exploration   529     274  
 
Frais d’exploration imputés au bénéfice inclus ci-dessus 33 8
 
 
 
  Annexe IV
 
 
Données d’exploitation Trois mois
    2019   2018
 
Production brute de pétrole brut et de liquides de gaz naturel (LGN)
(en milliers de barils par jour)
Cold Lake 145 153
Kearl 127 129
Syncrude 78 65
Classique   12   3
Total de la production de pétrole brut 362 350
LGN mis en vente   2   1
Total de la production de pétrole brut et de LGN   364   351
 
Production brute de gaz naturel (en millions de pieds cubes par jour) 145 117
 
Production brute d’équivalent pétrole (a) 388 370
(en milliers de barils d’équivalent pétrole par jour)
 
Production nette de pétrole brut et de LGN (en milliers de barils par jour)
Cold Lake 123 128
Kearl 124 125
Syncrude 69 61
Classique   11   3
Total de la production de pétrole brut 327 317
LGN mis en vente   2   1
Total de la production de pétrole brut et de LGN   329   318
 
Production nette de gaz naturel (en millions de pieds cubes par jour) 143 116
 
Production nette d’équivalent pétrole (a) 353 337
(en milliers de barils d’équivalent pétrole par jour)
 
Ventes de brut fluidifié de Cold Lake (en milliers de barils par jour) 190 219
Ventes de brut fluidifié de Kearl (en milliers de barils par jour) 177 193
Ventes de LGN (en milliers de barils par jour) 7 5
 
Prix de vente moyens (en dollars canadiens)
Bitume (le baril) 48,85 35,61
Pétrole synthétique (le baril) 69,34 77,26
Pétrole brut classique (le baril) 52,11 63,70
LGN (le baril) 34,39 43,34
Gaz naturel (le millier de pieds cubes) 2,88 2,91
 
Débit des raffineries (en milliers de barils par jour) 383 408
Utilisation de la capacité de raffinage (en pourcentage) 91 96
 
Ventes de produits pétroliers (en milliers de barils par jour)
Essence 240 239
Mazout domestique, carburant diesel et carburéacteur 182 187
Mazout lourd 18 16
Huiles lubrifiantes et autres produits   37   36
Ventes nettes de produits pétroliers   477   478
 
Ventes de produits pétrochimiques (en milliers de tonnes) 195 201
 
 
(a)   Gaz converti en équivalent pétrole à raison de six millions de pieds cubes pour mille barils.
 
   

Annexe V

 
 

Bénéfice (perte) net par

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

action ordinaire – résultat dilué (a)

   

en millions de dollars canadiens

 

dollars canadiens

 
2015
Premier trimestre 421 0,50
Deuxième trimestre 120 0,14
Troisième trimestre 479 0,56
Quatrième trimestre   102   0,12
Exercice   1 122   1,32
 
2016
Premier trimestre (101) (0,12)
Deuxième trimestre (181) (0,21)
Troisième trimestre 1 003 1,18
Quatrième trimestre   1 444   1,70
Exercice   2 165   2,55
 
2017
Premier trimestre 333 0,39
Deuxième trimestre (77) (0,09)
Troisième trimestre 371 0,44
Quatrième trimestre   (137)   (0,16)
Exercice   490   0,58
 
2018
Premier trimestre 516 0,62
Deuxième trimestre 196 0,24
Troisième trimestre 749 0,94
Quatrième trimestre   853   1,08
Exercice   2 314   2,86
 
2019
Premier trimestre   293   0,38

(a) Calculé à l’aide du nombre moyen d’actions en circulation au cours de chaque période. La somme des quatre trimestres peut ne pas correspondre au total de l’ensemble de l’exercice.

 

Après plus d’un siècle d’existence, l’Impériale demeure un acteur majeur dans la promotion de la technologie et de l’innovation visant à mettre en valeur les ressources énergétiques du Canada de façon responsable. Principal raffineur de produits pétroliers du Canada, producteur incontournable de pétrole brut, producteur clé de produits pétrochimiques et chef de file dans la distribution de carburant à l’échelle du pays, notre entreprise continue de viser les normes les plus élevées qui soient, et ce, dans tous les secteurs d’activité.

Contact:

Relations avec les investisseurs
587 476-4743

Relations avec les médias
587 476-7010

Close