Skip to main content
Search

L’Impériale annonce ses résultats financiers et d’exploitation du premier trimestre 2020

Friday, May 1, 2020

L’Impériale annonce ses résultats financiers et d’exploitation du premier trimestre 2020

 

CALGARY, Alberta

Public Company Information:

TSX:
IMO

CALGARY, Alberta--(BUSINESS WIRE)--Imperial Oil Limited (TSX:IMO):

  • L’accent a été mis sur la santé et la sécurité du personnel tout en continuant d’approvisionner les Canadiens en énergie au cours de la pandémie
  • La COVID-19 et la dégradation du cours du pétrole brut en mars ont affecté les résultats financiers
  • Un ajustement proactif des plans d’affaires et du capital en fonction de l’environnement du marché a été effectué
  • La production à Kearl et le débit de la raffinerie à Strathcona au premier trimestre constituent des records
  • Une perte nette de 188 millions de dollars, comprenant des charges hors trésorerie de 301 millions de dollars, est attribuable à la faiblesse des cours en fin de trimestre
  • Le flux de trésorerie généré par les activités de l’exploitation s’est élevé à 423 millions de dollars
  • Le solde de trésorerie s’établissait à 1,4 milliard de dollars à la fin du premier trimestre et les liquidités sont élevées
  • Le dividende trimestriel a été maintenu à 0,22 dollar par action

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premier trimestre

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

 

2020

2019

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

(188)

293

-481

Bénéfice (perte) net par action ordinaire – compte tenu d’une dilution (en dollars)

(0,25)

0,38

-0,63

Dépenses en immobilisations et frais d’exploration

 

331

529

-198

 

 

 

 

 

 

 

La pandémie de COVID-19 a créé une situation sans précédent pour les entreprises, leurs employés, leurs clients et les communautés qu’ils servent. L’Impériale soutient tous les Canadiens, les particuliers et les entreprises qui ont relevé les défis posés par ces circonstances difficiles, et travaille sans relâche pour continuer de fournir des produits essentiels au bien-être de la société.

« L’Impériale prend les mesures nécessaires pour assurer la santé et la sécurité de son personnel et préserver l’intégrité de ses activités dans ce contexte difficile qui évolue rapidement », a déclaré Brad Corson, président du conseil d’administration, président et chef de la direction. « L’Impériale est en bonne position pour résister à ce contexte commercial difficile et pour en émerger plus forte quand la situation s’améliorera, en s’appuyant sur la résilience de ses activités intégrées, son portefeuille d’actifs de haute qualité, son excellente situation financière et son inébranlable détermination à produire une valeur à long terme, a poursuivi M. Corson. Je voudrais profiter de cette occasion pour saluer le travail de toutes les personnes aux premières lignes de la lutte contre la COVID-19, en particulier les professionnels de la santé du pays et tous ceux qui soutiennent les services essentiels. »

L’Impériale a enregistré une perte nette estimée à 188 millions de dollars au premier trimestre de 2020, principalement attribuable à la baisse des prix touchés dans le secteur amont et des charges hors trésorerie de 301 millions de dollars, en grande partie associées à la réévaluation des stocks de la société en fonction des faibles cours du pétrole brut à la fin du trimestre. La solidité du modèle d’affaires intégré de l’Impériale a été manifeste au cours du trimestre, à la lumière des bons résultats financiers du secteur aval.

Le rendement opérationnel au cours du trimestre a été mis en évidence par les volumes élevés dans le secteur amont, soit 419 000 barils d’équivalent pétrole brut par jour. Kearl y a largement contribué, ayant réalisé la meilleure production brute totale de bitume de son histoire pour un premier trimestre, soit 226 000 barils par jour, comparativement à 180 000 barils par jour au premier trimestre de 2019. L’Impériale a réalisé une production brute moyenne d’équivalent pétrole de 248 000 barils par jour en mars. Cela démontre l’amélioration de la production et de la fiabilité réalisée grâce aux concasseurs supplémentaires qui sont maintenant en service sur le site », a déclaré M. Corson.

Dans le secteur aval, le débit moyen de raffinage a été de 383 000 barils par jour au premier trimestre de 2020, soit une hausse de 62 000 barils par jour par rapport au quatrième trimestre de 2019, fruit d’un moins grand nombre d’activités de révision planifiée de la raffinerie et d’un débit record pour un premier trimestre à la raffinerie de Strathcona.

En réaction aux répercussions de la pandémie et à la faiblesse des prix des produits de base vers la fin du trimestre, l’Impériale a pris des mesures pour alléger ses charges en 2020, notamment en réduisant ses dépenses en immobilisations de 500 millions de dollars par rapport aux lignes directrices antérieures et ses charges d’exploitation de 500 millions de dollars par rapport à 2019. Ces ajustements sont axés sur une efficacité et un rythme du travail et de l’exécution des projets permettant d’assurer la sécurité et la fiabilité des activités dans le contexte économique actuel. Néanmoins, comme nous en avons discuté plus en détail dans la section « Conjoncture économique » du présent document, les répercussions à court terme de la COVID-19 et le contexte commercial actuel devraient affecter négativement la production du secteur amont, l’utilisation des capacités de raffinage dans le secteur aval ainsi que les ventes de produits de l’Impériale. Comme l’ampleur en est très difficile à prévoir, l’approche de planification en fonction de scénarios de l’Impériale consiste à s’assurer de pouvoir réagir à un large éventail de possibilités.

L’Impériale a terminé le premier trimestre avec une encaisse de 1,4 milliard de dollars et des liquidités élevées. Ce matin, le conseil d’administration a déclaré un dividende de 0,22 dollar par action pour le deuxième trimestre. « Notre modèle d’affaires résilient et nos solides perspectives à long terme soutiennent la priorité d’Impériale de verser un dividende fiable à nos actionnaires, comme nous le faisons depuis de nombreuses années », a déclaré M. Corson.

Faits saillants du premier trimestre

  • Une perte nette de 188 millions de dollars, ou de 0,25 dollar par action sur une base diluée, comparativement à un bénéfice net de 293 millions de dollars, ou 0,38 dollar par action, au premier trimestre de 2019, principalement attribuable à la baisse des prix touchés dans le secteur amont et à des charges hors trésorerie de 301 millions de dollars, en grande partie associées à la réévaluation des stocks de pétrole brut de la compagnie aux prix courants.
  • Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation se sont élevés à 423 millions de dollars, comparativement à 1 003 millions de dollars au premier trimestre de 2019, une baisse attribuable principalement au recul des prix réalisés dans le secteur amont et aux effets défavorables sur le fonds de roulement.
  • Les dépenses en immobilisations et frais d’exploration ont totalisé 331 millions de dollars, comparativement à 529 millions de dollars au premier trimestre de 2019, principalement en raison de la réduction des dépenses consacrées au projet Aspen et à l’achèvement du projet de concasseurs supplémentaires à Kearl. Tel qu’annoncé le 31 mars dernier, la compagnie a repéré des occasions de réduire ses dépenses à court terme, de se concentrer sur des initiatives de grande valeur, mais requérant peu de capital, ce qui a permis de réviser ses perspectives de capital, maintenant de 1,1 milliard à 1,2 milliard de dollars pour 2020, alors qu’elles étaient de 1,6 milliard à 1,7 milliard de dollars selon les lignes directrices initiales.
  • La société a distribué 438 millions de dollars aux actionnaires au premier trimestre de 2020, dont 164 millions de dollars en dividendes et 274 millions de dollars en achats d’actions. Compte tenu de la situation actuelle dans le secteur, l’Impériale a suspendu les rachats d’action dans le cours normal des activités le 1er avril 2020.
  • La production s’est élevée en moyenne à 419 000 barils d’équivalent pétrole brut par jour, contre 388 000 barils par jour à la même période en 2019, principalement en raison du rendement record à Kearl au premier trimestre.
  • La production brute de bitume au site de Kearl s’est élevée en moyenne à 226 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 160 000 barils), contre 180 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 127 000 barils) au cours du premier trimestre de 2019. La hausse de la production est principalement attribuée à l’accélération des installations de concassage supplémentaires au cours du premier trimestre de 2020.
  • La production brute moyenne de bitume au site de Cold Lake s’est établie à 140 000 barils par jour, comparativement à 145 000 barils par jour pour la même période en 2019, ce qui concorde avec les lignes directrices antérieures.
  • La quote-part de la compagnie dans la production brute de Syncrude a été de 73 000 barils par jour en moyenne, contre 78 000 barils par jour pour la même période en 2019. La production de Syncrude a été affectée par un entretien non planifié qui a été partiellement terminé au cours du trimestre et sera achevé au cours du deuxième trimestre.
  • Les livraisons par l’intermédiaire du terminal ferroviaire d’Edmonton se sont chiffrées en moyenne à 97 000 barils par jour au cours du premier trimestre de 2020, en hausse par rapport à 53 000 barils par jour au quatrième trimestre de 2019. Les livraisons ont atteint un sommet en février et ont diminué vers la fin du trimestre.
  • Le débit moyen des raffineries était de 383 000 barils par jour, un chiffre inchangé par rapport au premier trimestre de 2019, la raffinerie de Strathcona atteignant un record pour un premier trimestre en matière de débit de raffinage et de production d’asphalte.
  • Les ventes de produits pétroliers étaient de 462 000 barils par jour, contre 477 000 barils par jour au premier trimestre de 2019. La baisse des ventes de produits pétroliers est principalement attribuable à la baisse de la demande en mars liée à la pandémie de COVID-19.
  • Les revenus nets du secteur Produits chimiques se sont chiffrés à 21 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 34 millions de dollars pour la même période en 2019.
  • L’Impériale a publié un rapport sur la durabilité. Ce rapport fournit des renseignements approfondis sur des sujets relatifs à l’environnement, à la société et à la gouvernance envers lesquels la compagnie s’est engagée. Il contient également de l’information sur les technologies de pointe qui pourraient réduire de 25 % à 90 % l’intensité des émissions de gaz à effet de serre dans les nouvelles installations de production de sables pétrolifères.

Comparaison des premiers trimestres de 2020 et de 2019

La compagnie a enregistré une perte nette de 188 millions de dollars, soit 0,25 dollar par action sur une base diluée, au premier trimestre de 2020, comparativement à un bénéfice net de 293 millions de dollars, soit 0,38 dollar par action, à la même période en 2019. En raison d’une baisse importante du prix des produits de base à la fin de mars, les résultats du premier trimestre de 2020 comprennent des charges hors trésorerie de 281 millions de dollars associées à la réévaluation des stocks de la compagnie et de 20 millions de dollars associées à une dépréciation de l’écart d’acquisition.

Le secteur amont a enregistré une perte nette de 608 millions de dollars au premier trimestre de 2020, comparativement à un bénéfice net de 58 millions de dollars à la même période en 2019, représentant des charges hors trésorerie de 229 millions de dollars associées à la réévaluation des stocks de la compagnie et de 20 millions de dollars associées à une dépréciation de l’écart d’acquisition. Les résultats ont subi l’incidence négative d’une réduction d’environ 630 millions de dollars des prix touchés pour le pétrole brut, en partie contrebalancée par la baisse des redevances d’environ 110 millions de dollars et par des effets de change favorables d’environ 50 millions de dollars.

Le prix moyen du West Texas Intermediate (WTI) s’est établi à 45,78 dollars américains le baril au premier trimestre de 2020, contre 54,90 dollars américains le baril au trimestre correspondant de 2019. Le prix moyen du Western Canada Select (WCS) s’est établi à 25,60 dollars américains le baril et à 42,44 dollars américains le baril pour les mêmes périodes. Le différentiel WTI et WCS s’est élargi au cours du premier trimestre de 2020 pour s’établir en moyenne à environ 20 dollars américains le baril pour le trimestre, comparativement à environ 12 dollars américains le baril au trimestre correspondant de 2019.

Le dollar canadien valait en moyenne 0,74 dollar américain au premier trimestre de 2020, soit une baisse de 0,01 dollar américain par rapport au premier trimestre de 2019.

Le prix moyen que l’Impériale a touché en dollars canadiens pour le bitume a diminué au cours du trimestre, principalement en raison de la baisse du prix moyen du WCS. Le prix moyen touché pour le bitume s’est établi à 18,08 dollars le baril pour le premier trimestre de 2020, comparativement à 48,85 dollars le baril au premier trimestre de 2019. Le prix moyen que la compagnie a touché en dollars canadiens pour le pétrole brut synthétique a diminué de façon générale de même que le WTI, ajusté selon les variations des taux de change et des frais de transport. Le prix touché pour le pétrole brut synthétique s’est établi en moyenne à 58,94 dollars le baril au premier trimestre de 2020, comparativement à 69,34 dollars le baril à la période correspondante de 2019.

La production brute totale de bitume à Kearl s’est établie en moyenne à 226 000 barils par jour au premier trimestre (la part de l’Impériale se chiffrant à 160 000 barils), en hausse par rapport à 180 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 127 000 barils) au premier trimestre de 2019. La hausse de la production est principalement attribuée à l’accélération des installations de concassage supplémentaires au cours du premier trimestre de 2020.

La production brute moyenne de bitume à Cold Lake s’est établie à 140 000 barils par jour au premier trimestre, comparativement à 145 000 barils par jour pour la période correspondante de 2019.

La quote-part de la compagnie dans la production brute de Syncrude s’est élevée en moyenne à 73 000 barils par jour, contre 78 000 barils par jour au premier trimestre de 2019. La production de Syncrude a été affectée par un entretien non planifié qui a été partiellement terminé au cours du trimestre et sera achevé au cours du deuxième trimestre.

Les revenus nets du secteur aval se sont élevés à 402 millions de dollars au premier trimestre de 2020, comparativement à 257 millions de dollars pour la période correspondante de 2019. L’amélioration des résultats résulte d’une hausse des marges d’environ 190 millions de dollars et d’un recul des coûts liés aux incidents de fiabilité d’environ 50 millions de dollars, partiellement contrebalancés par une diminution des volumes de ventes d’environ 50 millions de dollars et par de la charge hors trésorerie de 52 millions de dollars associés à la réévaluation des stocks de la compagnie.

Le débit moyen des raffineries était de 383 000 barils par jour, tout comme au trimestre correspondant de 2019. L’utilisation de la capacité de production a été de 91 % aux premiers trimestres de 2020 et de 2019.

Les ventes de produits pétroliers étaient de 462 000 barils par jour, par rapport à 477 000 barils par jour au premier trimestre de 2019. La baisse des ventes de produits pétroliers est principalement attribuable à la baisse de la demande en mars liée à la pandémie de COVID-19.

Le bénéfice net du secteur Produits chimiques a été de 21 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à 34 millions de dollars au trimestre correspondant de 2019.

Les charges du siège social et autres charges ont affiché un solde de 3 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à 56 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2019, principalement en raison de la baisse des charges liées à la rémunération à base d’actions.

Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation se sont élevés à 423 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à 1 003 millions de dollars pour la période correspondante de 2019, reflétant principalement la baisse des prix touchés dans le secteur amont et les effets défavorables sur le fonds de roulement.

Les activités d’investissement ont utilisé des flux de trésorerie nets de 308 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à 463 millions de dollars pour la période correspondante de 2019, reflétant principalement une diminution des acquisitions d’immobilisations corporelles.

Les flux de trésorerie affectés aux activités de financement s’élevaient à 445 millions de dollars au cours du premier trimestre, comparativement à 517 millions de dollars au cours du premier trimestre de 2019. Les dividendes versés au premier trimestre de 2020 totalisaient 164 millions de dollars. Le dividende par action versé au premier trimestre s’est élevé à 0,22 dollar, une hausse par rapport à 0,19 dollar pour la période correspondante de 2019. Au cours du premier trimestre, la compagnie a racheté, dans le cadre de son programme de rachat, environ 9,8 millions d’actions pour 274 millions de dollars, ce qui comprend les actions rachetées à la société Exxon Mobil Corporation. Au premier trimestre de 2019, la compagnie a acheté environ 10 millions d’actions pour 361 millions de dollars.

Le solde de trésorerie s’établissait à 1 388 millions de dollars au 31 mars 2020, comparativement à 1 011 millions de dollars à la fin du premier trimestre de 2019.

Le 31 mars 2020, la compagnie a annoncé par communiqué de presse la suspension de son programme d’achat d’actions à compter du 1er avril 2020. La compagnie a acheté 28 697 514 actions ordinaires sur 38 211 086 actions ordinaires admissibles dans le cadre de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités, qui expirera le 26 juin 2020, y compris des actions achetées à Exxon Mobil Corporation. Les plans de rachat peuvent être modifiés à tout moment sans préavis.

Le 1er janvier 2020, l’Impériale a adopté la norme du Financial Accounting Standards Board intitulée Financial Instruments – Credit Losses (Topic 326), comme modifiée. L’adoption de cette mise à jour n’a pas eu d’incidence importante sur les états financiers de la compagnie, et son effet cumulatif a été négligeable.

Des données financières et d’exploitation clés suivent.

Conjoncture économique

Au cours du premier trimestre de 2020, deux effets perturbateurs importants ont touché l’équilibre de l’offre et de la demande de produits pétroliers et pétrochimiques. En ce qui concerne la demande, la pandémie de COVID-19 s’étant propagée rapidement au Canada comme dans le reste du monde, les activités commerciales et de consommation ont fortement diminué, et la demande locale et mondiale de pétrole brut, de gaz naturel et de produits pétroliers a chuté. Cette baisse de la demande a coïncidé avec l’annonce d’une augmentation de la production dans certains des principaux pays producteurs de pétrole, ce qui a fait fléchir les prix du brut, du gaz naturel et des produits pétroliers. Dans ce contexte d’incertitude économique, les marchés financiers du monde entier ont connu une volatilité et des perturbations importantes, qui ont parfois eu une incidence négative sur l’efficacité des marchés du crédit et sur les réserves de liquidités.

En réaction à cette situation, la compagnie a annoncé des réductions importantes de ses dépenses en immobilisations et de ses charges d’exploitation prévues en 2020. Par conséquent, l’on s’attend à des dépenses en immobilisations et à des frais d’exploration totalisant entre 1,1 milliard de dollars et 1,2 milliard de dollars en 2020, alors qu’on avait précédemment annoncé de 1,6 milliard à 1,7 milliard de dollars. De plus, l’Impériale a repéré des occasions de réduire ses charges d’exploitation en 2020 de 500 millions de dollars par rapport à 2019.

À la fin de mars 2020, le solde de trésorerie de la compagnie s’élevait à 1,4 milliard de dollars. La solidité financière de l’Impériale constitue un avantage concurrentiel stratégiquement important. Bien que les fonds générés à l’interne couvrent la majorité de ses besoins financiers, l’Impériale peut prolonger son programme de papier commercial, accéder aux marchés financiers pour émettre des titres d’emprunt à long terme ou puiser dans ses lignes de crédit inutilisées pour renforcer ses liquidités.

À court terme, l’on s’attend à ce que l’impact de la COVID-19 et l’évolution de l’offre et de la demande dans la conjoncture aient des répercussions négatives sur les résultats financiers et d’exploitation de l’Impériale. Si la conjoncture du secteur à l’approche de la clôture du premier trimestre persiste pendant une longue période, la compagnie s’attend à des prix réalisés inférieurs pour ses produits, ce qui se traduira par une baisse du bénéfice et des flux de trésorerie provenant de l’exploitation par rapport aux périodes précédentes. En réaction à la conjoncture économique, la compagnie prévoit d’exploiter certains actifs à des taux réduits au deuxième trimestre de 2020. La compagnie a devancé le début de la révision planifiée à Kearl et prolongé sa durée dans le but de réduire les effectifs sur place et de mieux arrimer la production à court terme à la demande. Ainsi, la révision débutera au début de mai et se poursuivra jusqu’à la fin de juin et devrait réduire la production brute totale à Kearl à environ 150 000 barils par jour en moyenne au deuxième trimestre de 2020. Concernant Syncrude, les activités de révision de la cokéfaction, précédemment reportées au troisième trimestre, débuteront au deuxième trimestre. Par conséquent, on prévoit une diminution de la production de Syncrude, qui passera à une moyenne de 45 000 à 50 000 barils par jour (la part de l’Impériale) au deuxième trimestre de 2020. De plus, la compagnie continue d’évaluer le calendrier et la portée des autres activités de révision planifiée dans l’ensemble de la compagnie. Ces activités seront gérées de manière à assurer la santé et la sécurité du personnel sur le site. Les taux d’utilisation de la capacité de raffinage et les ventes de produits pétroliers ont été réduits à la fin du premier trimestre de 2020, en raison de la baisse importante de la demande de produits pétroliers au Canada, et l’on s’attend à ce qu’ils demeurent plus bas au deuxième trimestre de 2020 qu’aux périodes précédentes. Cependant, il y a beaucoup d’incertitude quant à la durée et la sévérité de la baisse de la demande qu’entraînent la COVID-19 et le contexte commercial actuel, et les futures tendances de l’offre et de la demande sont intrinsèquement difficiles à prévoir.

Bien que le point de vue de la compagnie sur les fondements de l’offre et de la demande à long terme n’ait pas considérablement changé, la possibilité de futures réductions dans son intervalle de prix à long terme pourrait faire peser un risque de dépréciation sur une partie de ses actifs à long terme. Cependant, comme les prix des matières premières, ainsi que la relation entre les prix et les coûts dans le secteur pétrolier, sont intrinsèquement difficiles à prévoir, il n’est pas possible d’évaluer raisonnablement la possibilité ou l’intervalle des futures pertes de valeur comptabilisées liées aux actifs à long terme de la compagnie.

Comme divulgué dans le formulaire 10-K 2019, les faibles cours du pétrole brut et du gaz naturel peuvent affecter les réserves prouvées de la compagnie, tel qu’il est mentionné en vertu des règles de la Securities and Exchange Commission des États-Unis (SEC). Si les cours observés vers la fin du premier trimestre persistent tout le reste de l’année, certaines quantités de pétrole brut et de gaz naturel pourraient, à la fin de l’exercice 2020, ne pas être considérées comme des « réserves prouvées », selon la définition de ce terme par la SEC. Comme plusieurs facteurs peuvent affecter les estimations des réserves prouvées, notamment l’achèvement de projets de développement, le rendement des gisements, les approbations réglementaires, les politiques gouvernementales, les préférences de consommation et des variations du montant et du moment des investissements en capital, le régime de redevances et les changements importants des prix du pétrole et du gaz à long terme, il n’est pas possible d’estimer raisonnablement l’ampleur des futures révisions potentielles des réserves prouvées de la compagnie rapportées à la fin de l’exercice 2020.

La compagnie a pris des mesures conformes aux lignes directrices et aux restrictions fédérales et provinciales pour limiter les infections par la COVID-19 parmi ses employés, ses sous-traitants et la population en général, et, à titre de fournisseur de services essentiels, a poursuivi ses activités afin d’assurer aux clients un approvisionnement fiable en produits. D’autres mesures ont été instaurées dans l’ensemble de la compagnie, par exemple des tests volontaires de dépistage de la COVID-19 et des horaires de travail modifiés dans des camps en région éloignée. La compagnie dispose de solides plans de continuité des activités qui ont été mis en œuvre pour réduire au minimum les effets de la COVID-19 sur la productivité de ses effectifs.

Énoncés prospectifs

Les énoncés contenus dans le présent rapport qui sont liés à des situations ou événements futurs, y compris les prévisions, les objectifs, les attentes, les estimations et les plans d’affaires, sont des énoncés prévisionnels. Les énoncés prospectifs peuvent être caractérisés par des termes comme croire, anticiper, avoir l’intention de, proposer, planifier, objectif, viser, projeter, prévoir, cibler, estimer, s’attendre à, stratégie, perspectives, calendrier, futur, continuer, probable, pouvoir, devoir, sera et d’autres termes semblables faisant référence à des périodes futures. Les énoncés prospectifs dans le présent communiqué comprennent, sans s’y limiter, des mentions de la capacité de maintenir l’approvisionnent en carburant pour les Canadiens durant la pandémie de COVID-19; des conséquences de l’ajustement des plans d’affaires et du capital; des mesures pour assurer la santé et la sécurité du personnel et l’intégrité des activités; de la bonne position pour résister à ce contexte commercial difficile et pour en émerger plus forte quand la situation s’améliorera; des répercussions à court terme de la COVID-19 et de l’environnement commercial, y compris des effets négatifs sur la production dans le secteur Amont, sur l’utilisation de la capacité de raffinage dans le secteur Aval et sur les ventes de produits; de l’efficacité de la planification en fonction de scénarios; de la capacité de continuer de verser un dividende fiable; des perspectives de capital ajustées de 1,1 milliard à 1,2 milliard de dollars pour 2020; de l’achèvement de l’entretien non planifié à Syncrude au deuxième trimestre; des effets de technologies avancées sur l’intensité des émissions de gaz à effet de serre; des achats prévus dans le cadre du programme de rachat d’actions; des réductions du capital et des charges d’exploitation en raison du contexte commercial actuel; de la solidité financière de la compagnie en tant qu’avantage concurrentiel, notamment de sa capacité à satisfaire ses besoins financiers à l’aide de fonds générés à l’interne, et de mesures potentielles visant à renforcer ses liquidités; des conséquences potentielles de la prolongation de la conjoncture actuelle dans l’industrie, dont diminution du bénéfice, réduction des flux de trésorerie provenant de l’exploitation ainsi que baisse des taux des actifs d’exploitation; des changements au calendrier et à la durée des activités de révision à Kearl et à Syncrude, et de la diminution de la production attendue au deuxième trimestre; du calendrier et de la portée des activités de révision planifiée dans l’ensemble de la compagnie; de la baisse attendue des taux d’utilisation de la capacité de raffinage et des ventes de produits pétroliers au deuxième trimestre; du point de vue de la compagnie sur les fondements de l’approvisionnement à long terme; des conséquences de futures diminutions des prix à long terme, dont la dépréciation des actifs à long terme; des conséquences d’une baisse prolongée des prix du pétrole et du gaz naturel sur les réserves prouvées, selon les règles de la SEC; des répercussions des mesures prises contre la COVID-19.

Les énoncés prospectifs sont fondés sur les attentes, estimations, projections et hypothèses actuelles de la compagnie au moment où les énoncés sont faits. Les éléments suivants pourraient différer sensiblement selon un certain nombre de facteurs : résultats financiers et d’exploitation futurs réels, y compris attentes et hypothèses concernant la croissance de la demande, la source d’énergie, l’approvisionnement en énergie et le bouquet énergétique; prix des produits de base, taux de change et conditions générales du marché; taux de production, croissance et composition de la production; plans de projet, calendrier et coûts des projets, évaluations techniques et capacités techniques, ainsi que capacité de la compagnie à exécuter efficacement ces plans et à exploiter ses actifs; progression de la COVID-19 et ses répercussions sur la capacité de l’Impériale à exploiter ses actifs, y compris lors de la fermeture éventuelle de ses installations en raison d’éclosions de COVID-19; capacité de la compagnie d’exécuter efficacement ses plans de continuité des activités et de mener ses activités d’intervention en cas de pandémie; capacité de la compagnie de réaliser des économies de coûts et d’ajuster le travail de maintenance; adoption et effets de nouvelles installations ou technologies, notamment sur les réductions de l’intensité des émissions de gaz à effet de serre; utilisation des capacités de raffinage et ventes de produits; lois applicables et politiques gouvernementales, y compris réduction de la production et restrictions en réponse à la COVID-19; sources de financement et structure du capital, y compris capacité d’émettre une dette à long terme; ainsi que dépenses en capital et liées à l’environnement.

Ces facteurs comprennent les variations mondiales, régionales ou locales de l’offre et de la demande de pétrole, de gaz naturel, de produits pétroliers et de produits pétrochimiques ainsi que les incidences sur les prix, les écarts et les marges qui en résultent, y compris les mesures prises par les gouvernements étrangers en ce qui concerne les niveaux d’approvisionnement et les prix et l’incidence de la COVID-19 sur la demande; les conditions économiques générales; la disponibilité et la répartition du capital; les taux de change; le transport pour accéder aux marchés; les événements politiques ou réglementaires, y compris les changements apportés aux lois ou aux politiques gouvernementales, comme la réduction de la production et les actions en réponse à la COVID-19; la disponibilité et le rendement des fournisseurs de services tiers, y compris à la lumière des restrictions liées à la COVID-19; l’efficacité de la gestion et la préparation aux interventions en cas de sinistre, y compris les plans de continuité des activités en réponse à la COVID-19; les risques environnementaux inhérents aux activités d’exploration et de production pétrolières et gazières; la réglementation environnementale, y compris en ce qui concerne les changements climatiques et les gaz à effet de serre, ainsi que les modifications qui y sont apportées; les difficultés techniques ou opérationnelles imprévues; la gestion de projets, les calendriers et l’achèvement en temps opportun des projets; les résultats des programmes de recherche et les nouvelles technologies, ainsi que la capacité de fournir de nouvelles technologies à une échelle commerciale à un coût concurrentiel; les dangers et risques opérationnels; les incidents liés à la cybersécurité, y compris la dépendance accrue aux ententes de travail à distance et l’activation des plans de continuité des activités en raison de la COVID-19; ainsi que d’autres facteurs abordés au point 1A, facteurs de risque, et dans le rapport de gestion au point 7 du rapport annuel le plus récent de la Compagnie pétrolière Impériale Ltée sur formulaire 10-K et les rapports provisoires subséquents sur formulaire 10-Q.

Les énoncés prévisionnels ne garantissent pas le rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, qui sont parfois similaires à ceux d’autres sociétés pétrolières et gazières, parfois exclusifs à la Compagnie pétrolière Impériale Ltée. Les résultats réels de l’Impériale peuvent être sensiblement différents des résultats implicites ou explicites selon les énoncés prospectifs, et les lecteurs sont priés de ne pas s’y fier aveuglément. L’Impériale ne s’engage aucunement à publier une mise à jour de toute révision des énoncés prospectifs contenus aux présentes, sauf si la loi l’exige.

Dans ce communiqué, tous les montants en dollars sont exprimés en dollars canadiens, sauf indication contraire. Ce communiqué doit être lu en parallèle avec le formulaire 10-K le plus récent de l’Impériale. Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

Le terme « projet » tel qu’il est utilisé dans ce rapport peut renvoyer à toute une gamme d’activités différentes et n’a pas nécessairement le même sens que celui qu’on lui donne dans les rapports sur la transparence des paiements au gouvernement.

Après plus d’un siècle d’existence, l’Impériale demeure un acteur majeur dans la promotion de la technologie et de l’innovation visant à mettre en valeur les ressources énergétiques du Canada de façon responsable. Principal raffineur de produits pétroliers du Canada, producteur incontournable de pétrole brut, producteur clé de produits pétrochimiques et chef de file dans la distribution de carburant à l’échelle du pays, notre entreprise continue de viser les normes les plus élevées qui soient, et ce, dans tous ses domaines d’activité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois mois

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

 

 

 

2020

2019

 

 

 

 

 

 

 

 

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

 

 

 

 

 

 

Total des produits et des autres revenus

 

 

 

6 690

 

7 982

 

 

Total des dépenses

 

 

 

6 945

 

7 584

 

 

Bénéfice (perte) avant impôts

 

 

 

(255

)

398

 

 

Impôts sur le bénéfice

 

 

 

(67

)

105

 

 

Bénéfice (perte) net

 

 

 

(188

)

293

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bénéfice (perte) net par action ordinaire (en dollars)

 

 

 

(0,25

)

0,38

 

 

Bénéfice (perte) net par action ordinaire – compte tenu d’une dilution (en dollars)

 

 

 

(0,25

)

0,38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres données financières

 

 

 

 

 

 

Gain (perte) à la vente d’actifs, après impôts

 

 

 

6

 

(4

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Total des actifs au 31 mars

 

 

 

40 413

 

42 497

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Total du passif au 31 mars

 

 

 

5 198

 

5 174

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capitaux propres au 31 mars

 

 

 

23 570

 

24 319

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capital utilisé au 31 mars

 

 

 

28 789

 

29 521

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dividendes déclarés sur les actions ordinaires

 

 

 

 

 

 

 

Total

 

 

 

162

 

147

 

 

 

Par action ordinaire (en dollars)

 

 

 

0,22

 

0,19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Millions d’actions ordinaires en circulation

 

 

 

 

 

 

 

Au 31 mars

 

 

 

734,1

 

772,6

 

 

 

Moyenne – compte tenu d’une dilution

 

 

 

740,9

 

779,8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe II

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois mois

en millions de dollars canadiens

 

 

2020

2019

 

 

 

 

 

 

 

Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période

 

 

1 388

 

1 011

 

 

 

 

 

 

 

 

Bénéfice (perte) net

 

 

(188

)

293

 

Ajustements relatifs aux éléments hors trésorerie :

 

 

 

 

 

Dépréciation et épuisement

 

 

453

 

390

 

 

Dépréciation d’actifs incorporels

 

 

20

 

-

 

 

(Gain) perte à la vente d’actifs

 

 

(7

)

5

 

 

Dépréciation de l’inventaire à la valeur marchande courante

 

 

281

 

-

 

 

Impôts sur les bénéfices reportés et autres

 

 

43

 

(4

)

Variations de l’actif et du passif d’exploitation

 

 

(179

)

319

 

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation

 

 

423

 

1 003

 

 

 

 

 

 

 

 

Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement

 

 

(308

)

(463

)

 

Produits associés à la vente d’actifs

 

 

9

 

22

 

 

 

 

 

 

 

 

Flux de trésorerie liés aux activités de financement

 

 

(445

)

(517

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe III

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois mois

en millions de dollars canadiens

 

 

2020

2019

 

 

 

 

 

 

 

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

 

 

 

 

 

Secteur Amont

 

 

(608

)

58

 

 

Secteur Aval

 

 

402

 

257

 

 

Produits chimiques

 

 

21

 

34

 

 

Comptes non sectoriels et autres

 

 

(3

)

(56

)

 

Bénéfice (perte) net

 

 

(188

)

293

 

 

 

 

 

 

 

 

Produits et autres revenus

 

 

 

 

 

Secteur Amont

 

 

2 374

 

3 188

 

 

Secteur Aval

 

 

5 379

 

5 932

 

 

Produits chimiques

 

 

260

 

323

 

 

Éliminations / Comptes non sectoriels et autres

 

 

(1 323

)

(1 461

)

 

Produits et autres revenus

 

 

6 690

 

7 982

 

 

 

 

 

 

 

 

Achats de pétrole brut et de produits

 

 

 

 

 

Secteur Amont

 

 

1 650

 

1 586

 

 

Secteur Aval

 

 

3 769

 

4 582

 

 

Produits chimiques

 

 

140

 

193

 

 

Éliminations

 

 

(1 333

)

(1 466

)

 

Achats de pétrole brut et de produits

 

 

4 226

 

4 895

 

 

 

 

 

 

 

 

Dépenses de production et de fabrication

 

 

 

 

 

Secteur Amont

 

 

1 108

 

1 156

 

 

Secteur Aval

 

 

408

 

381

 

 

Produits chimiques

 

 

63

 

58

 

 

Éliminations

 

 

-

 

-

 

 

Dépenses de production et de fabrication

 

 

1 579

 

1 595

 

 

 

 

 

 

 

 

Dépenses en immobilisations et frais d’exploration

 

 

 

 

 

Secteur Amont

 

 

231

 

372

 

 

Secteur Aval

 

 

76

 

129

 

 

Produits chimiques

 

 

9

 

17

 

 

Comptes non sectoriels et autres

 

 

15

 

11

 

 

Dépenses en immobilisations et frais d’exploration

 

 

331

 

529

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frais d’exploration imputés au bénéfice inclus ci-dessus

 

 

1

 

33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe IV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Données d’exploitation

 

Trois mois

 

 

 

 

 

2020

2019

 

 

 

 

 

 

 

Production brute de pétrole brut et de liquides du gaz naturel (LGN)

 

 

 

 

(en milliers de barils par jour)

 

 

 

 

 

Kearl

 

 

160

127

 

Cold Lake

 

 

140

145

 

Syncrude

 

 

73

78

 

Classique

 

 

15

12

 

Total de la production de pétrole brut

 

 

388

362

 

LGN mis en vente

 

 

2

2

 

Total de la production de pétrole brut et de LGN

 

 

390

364

 

 

 

 

 

 

 

Production brute de gaz naturel (en millions de pieds cubes par jour)

 

 

176

145

 

 

 

 

 

 

 

Production d’équivalent pétrole brut (a)

 

 

419

388

(en milliers de barils d’équivalent pétrole par jour)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Production nette de pétrole brut et de LGN (en milliers de barils par jour)

 

 

 

 

 

Kearl

 

 

154

124

 

Cold Lake

 

 

134

123

 

Syncrude

 

 

71

69

 

Classique

 

 

14

11

 

Total de la production de pétrole brut

 

 

373

327

 

LGN mis en vente

 

 

1

2

 

Total de la production de pétrole brut et de LGN

 

 

374

329

 

 

 

 

 

 

 

Production nette de gaz naturel (en millions de pieds cubes par jour)

 

 

172

143

 

 

 

 

 

Production nette d’équivalent pétrole (a)

 

 

403

353

(en milliers de barils d’équivalent pétrole par jour)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ventes de brut fluidifié de Kearl (en milliers de barils par jour)

 

 

220

177

Ventes de brut fluidifié de Cold Lake (en milliers de barils par jour)

 

 

191

190

Ventes de LGN (en milliers de barils par jour)

 

 

2

7

 

 

 

 

 

 

 

Prix de vente moyens (en dollars canadiens)

 

 

 

 

 

Bitume (le baril)

 

 

18,08

48,85

 

Pétrole synthétique (le baril)

 

 

58,94

69,34

 

Pétrole brut classique (le baril)

 

 

41,49

52,11

 

LGN (le baril)

 

 

9,26

34,39

 

Gaz naturel (le millier de pieds cubes)

 

 

1,77

2,88

 

 

 

 

 

 

 

Débit des raffineries (en milliers de barils par jour)

 

 

383

383

Utilisation de la capacité de raffinage (en pourcentage)

 

 

91

91

 

 

 

 

 

 

 

Ventes de produits pétroliers (en milliers de barils par jour)

 

 

 

 

 

Essence

 

 

232

240

 

Mazout domestique, carburant diesel et carburéacteur

 

 

179

182

 

Mazout lourd

 

 

13

18

 

Huiles lubrifiantes et autres produits

 

 

38

37

 

Ventes nettes de produits pétroliers

 

 

462

477

 

 

 

 

 

 

 

Ventes de produits pétrochimiques (en milliers de tonnes)

 

 

186

195

 

 

 

 

 

 

 

(a) Gaz converti en équivalent pétrole à raison de six millions de pieds cubes pour mille barils.

 

 

 

 

 

Annexe V

 

 

 

 

 

 

 

 

Bénéfice (perte) net par

 

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

action ordinaire – résultat dilué (a)

 

en millions de dollars canadiens

dollars canadiens

 

 

 

2016

 

 

Premier trimestre

(101

)

(0,12

)

Deuxième trimestre

(181

)

(0,21

)

Troisième trimestre

1 003

 

1,18

 

Quatrième trimestre

1 444

 

1,70

 

Exercice

2 165

 

2,55

 

 

 

 

2017

 

 

Premier trimestre

333

 

0,39

 

Deuxième trimestre

(77

)

(0,09

)

Troisième trimestre

371

 

0,44

 

Quatrième trimestre

(137

)

(0,16

)

Exercice

490

 

0,58

 

 

 

 

2018

 

 

Premier trimestre

516

 

0,62

 

Deuxième trimestre

196

 

0,24

 

Troisième trimestre

749

 

0,94

 

Quatrième trimestre

853

 

1,08

 

Exercice

2 314

 

2,86

 

 

 

 

2019

 

 

Premier trimestre

293

 

0,38

 

Deuxième trimestre

1 212

 

1,57

 

Troisième trimestre

424

 

0,56

 

Quatrième trimestre

271

 

0,36

 

Exercice

2 200

 

2,88

 

 

 

 

2020

 

 

Premier trimestre

(188

)

(0,25

)

(a) Calculé à l’aide du nombre moyen d’actions en circulation au cours de chaque période. La somme des trimestres présentés peut ne pas correspondre au total de l’exercice.

Multimedia Files:

Preview image

Contact:

Relations avec les investisseurs
587 476-4743

Relations avec les médias
587 476-7010

Close